On entre en poésie

Pour croire que l’avenir est infini

Que le grand Amour de notre vie

Nous attend là, au coin.

 

On entre en poésie

En rêvant de fleurs dans les herbes folles .

En imaginant que la vie est un cadeau

Et que vieillir est toujours trop tôt.

 

On entre en poésie

 Comme si l’on pénétrait dans un château

Les yeux brillant d'un tel cadeau

A la recherche d'un trésor et de lumières.

 

On entre en poésie

Comme dans une réunion

Il n’y a pas d’ordre du jour

Et beaucoup d’anarchie.

 

On entre en poésie

A pattes de velours

Face au réel  si difficile

Pour y faire face, nos bras s’enlacent.

 

On entre en poésie

Afin de fuir la mélasse

De croire que ce soir à  table

Il y aura des toasts et du champagne

 

On entre en poésie

Car Rimbaud est mort trop tôt

Que Baudelaire nous transporte si loin

Que le retour en est incertain.

 

On entre en poésie 

                          ...pour se parler, enfin...